Devenir Monteur : GRISP Ep. 3

Voilà quelques semaines que l’épisode 3 de GRISP – Profilers est sur Dailymotion,
Retrouvez ci-dessous quelques infos sur la génèse de cet épisode
avec un retour en arrière sur les moments forts du montage.

Pour faire simple, c’est mon premier montage d’une fiction.
Avec des dialogues, des personnages, une intrigue, et tout, et tout…

En 2008 sont sortis les épisodes 1 et 2,
et en Décembre 2008, nous avons procédé à une lecture complète du scénario de GRISP.
A l’issue de cette lecture, il y avait peu de prétendants au poste de réalisateur.
J’ai donc saisi l’opportunité de passer à la réalisation
ce qui m’a permis d’appendre les bases.

J’ai lu quelque part (je ne sais plus où…)
qu’en temps que monteur, connaitre les contraintes liées à un tournage était un plus,
car généralement lors du montage, on se dit : « ah… mince, c’est dommage, pourquoi t’as pas tourné un plan comme ci ou comme ça… »
Tout simplement parce que sur le tournage, il y a toujours des contraintes et des imprévus.
Et qu’il faut faire avec.
Donc même si la matière que l’on a à dispo n’est pas top, il faut quand même faire avec.

Enfin, il n’est généralement pas conseillé de réaliser et monter,
pour la simple et bonne raison que l’on ne possède plus le même recul
qu’une personne qui n’aurait pas connaissance des lieux de tournage, et d’autres paramètres influents.

Mon point de vue : peu importe les problèmes rencontrés lors du tournage,
l’important est quand même d’arriver à faire passer des émotions,
et d’essayer au maximum de servir la narration.
« Il faut faire parler les images ».

Voici donc mon premier montage de fiction,
avec bien sûr son lot d’erreurs, de défauts, d’incompréhensions, ou de longueurs, etc…
j’en suis conscient, mais ce n’est pas non plus le sujet du siècle…
et comme dirait ma grand mère : « on ne fait pas d’un bourri, un cheval de course »
(à méditer)


RDV en Septembre pour l’épisode 4.
😉

PS : à noter aussi que chaque épisode de GRISP s’inscrit dans un montage en épisodes non indépendants,
contrairement à une série TV dont chaque épisode se suffit à lui même. Chaque épisode de GRISP est lié au précédent et au suivant, ce qui implique, contrairement à un court métrage où tout doit
être dit en 10 à 20 min,
que GRISP doit rester dynamique pour captiver, mais une fois que tous les épisodes seront assemblés en un long métrage, le rythme ne sera pas perçu de la même manière.
@ suivre

Cet article vous a plu, parlez en autour de vous :

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Google Plus
  • Blogger
  • Pinterest
  • Tumblr
  • Add to favorites
  • Email

2 thoughts on “Devenir Monteur : GRISP Ep. 3

  1. Oui c’est sûr même le meilleur monteur au monde n’en ferait pas un cheval de course…

    J’accroche pas du tout a cette série, là franchement, en dehors du fait que ca sonne horriblement faux (sans doute due aux jeux des acteurs et aux dialogues entre autres). Le cadrage est a
    revoir!

    En ce qui concerne le montage, je dirait que en tant qu’épisode ca mériterait peut-être un poil plus de dynamisme mais il est vrai que si cela doit au final former un long métrage… J’ai du mal a
    me rendre compte de ce que ca pourrait donner.